Le 22 mai 2018, nous avons mis à jour notre Déclaration de Confidentialité et nos Conditions d'Utilisation conformément à GDPR. Votre utilisation continue d'Educate Magis signifie que vous acceptez ces politiques révisées, alors veuillez prendre quelques minutes pour les lire et les comprendre ici.
COVID-19 Ressources et Recommandations Partagées par les Éducateurs de notre Communauté Mondiale

Une Tradition VivantePartie 3: Les marqueurs d’identité des écoles jésuites, Section 10

10. Les écoles jésuites s’engagent en faveur de la formation permanente

  1. Nous revenons une fois de plus au cœur de la spiritualité ignatienne. Notre source principale d’espérance et ce qui nous anime est de trouver Dieu en toutes choses. Qu’est-ce que cela signifie ?
  2. Cela signifie faire l’expérience intérieure vivifiante et libératrice de l’émerveillement, de l’espérance, de la joie, du plaisir, de la compassion, du lien avec d’autres, partout, avec tous, en tout. C’est là que, nous trouvons Dieu. Nombreux sont ceux qui ont fait une telle expérience quand ils étaient jeunes, comme un éveil à la création pour la première fois.
  3. Notre tâche comme éducateurs est de rafraîchir et approfondir notre propre spiritualité, de façon à pouvoir entrer dans le Royaume « comme des petits enfants », comme le disait Jésus. Il est essentiel que nous nous engagions dans des pratiques spirituelles qui confirment cette expérience intérieure vivifiante et libératrice comme manière de trouver Dieu. Ceci peut avoir un effet remarquable sur l’enseignement. Cela encourage nos élèves et nos diplômés qui suivent notre exemple, à s’engager intensément dans le monde, à ne jamais cesser d’être curieux, créatifs, avides de nouvelles découvertes, confiants en eux, capables de relations avec d’autres, et compatissants pour tout ce qui existe.
  4. Nous connaissons la fameuse citation attribuée au Père Arrupe pour exprimer ce que signifie « trouver Dieu » :
  5. Rien n’est plus commun que de trouver Dieu. C’est tomber amoureux d’une manière absolue et définitive.
  6. Dès lors que nous sommes amoureux de quelque chose, dès lors que notre imagination est saisie, tout notre être en sera affecté.
  7. C’est ce qui vous décidera à sortir de votre lit le matin, ce qui vous guidera dans le choix de vos activités le soir, comment vous passez votre weekend, ce que vous lisez, qui vous connaissez, ce qui vous fend le cœur, ce qui vous remplit de joie et de reconnaissance.
  8. Tombe amoureux, reste amoureux, et tout le reste en découlera.
  9. Nos écoles doivent offrir à nos élèves, à l’intérieur et à l’extérieur des salles de classe, des occasions d’expérimenter le monde de cette manière : en en tombant amoureux.
  10. Nos écoles doivent offrir des occasions de développer une spiritualité réflexive qui cherche Dieu en permanence. C’est une spiritualité qui a la capacité de grandir en même temps que nos élèves grandissent : elle devient plus complexe, lorsqu’ils deviennent plus complexes. Une telle spiritualité en maturation constante pourra les accompagner tout le reste de leur vie.
  11. Dès le début, l’école jésuite a eu pour tâche de guider les élèves vers une spiritualité plus profonde en les invitant à faire usage du discernement dans leur vie de tous les jours. Appendre à repérer et à accepter les dons et les talents uniques, les questions et les angoisses, les grandes joies et les désirs profonds de chacun, est le don ultime d’une éducation enracinée dans une vision du monde incarnée. Qu’est-ce que je vais faire de ma vie ? A qui est-ce que j’appartiens ? Où Dieu m’appelle-t-il ?
  12. Contemplant le monde à la manière de la Trinité, est-ce que nos élèves diplômés se demandent : Comment puis-je mettre en œuvre les dons et talents que Dieu m’a donnés pour répondre aux besoins des gens dans ma famille, dans ma ville, dans ma région, dans le monde ? Telles sont les questions qui ont toujours été présentes en arrière-fond dans les salles de classe.
  13. Par conséquent, le succès ultime de notre effort éducatif ne peut pas être mesuré à partir de ce qu’est un diplômé au moment où il reçoit son diplôme. Au contraire, le bénéfice de l’éducation jésuite se mesure le mieux dans la manière dont les diplômés s’engagent dans la vie au cours des décennies qui suivent l’obtention de leur diplôme. Est-ce que les questions qui sont nées dans les salles de classe et ont commencé à y trouver des réponses, continuent à être posées et re-posées à travers les étapes de leur vie ? Est-ce que les possibilités offertes par les réseaux et les rencontres authentiques ont porté du fruit dans leurs décisions prises ultérieurement, dans le domaine professionnel, personnel, et en matière de recherche religieuse ?
  14. Est-ce qu’une rencontre avec le Christ par l’Esprit Saint a fait une différence dans la manière dont le diplômé a discerné ses questions de choix professionnels, de choix personnels, en matière de valeurs, et dans la manière dont il mesure les succès ou les échecs ? La façon dont nos écoles préparent nos élèves à se confronter à ces tâches est la mesure par laquelle nous les estimons dignes du nom jésuite.

Exercice 28. Pour un discernement :

  1. Comment évaluez-vous un tel défi ?
  2. Quels sont les obstacles les plus significatifs ?
  3. Comment pouvons-nous adapter un tel défi à toutes nos écoles jésuites de telle sorte qu’il reflète un plus grand bien ?
  4. Dans ce contexte, qu’est-ce que votre apostolat éducatif a réalisé ?
  5. Qu’est-ce que votre apostolat éducatif devrait faire ? ?