Le 22 mai 2018, nous avons mis à jour notre Déclaration de Confidentialité et nos Conditions d'Utilisation conformément à GDPR. Votre utilisation continue d'Educate Magis signifie que vous acceptez ces politiques révisées, alors veuillez prendre quelques minutes pour les lire et les comprendre ici.
COVID-19 Ressources et Recommandations Partagées par les Éducateurs de notre Communauté Mondiale

Une Tradition VivantePartie 3: Les marqueurs d’identité des écoles jésuites, Section 5

5. Les écoles jésuites s’engagent en faveur de la justice

  1. En 1974, la Compagnie de Jésus publiait le décret 4 de la 32ème Congrégation Générale. Il précisait que « la mission de la Compagnie de Jésus aujourd’hui est le service de la foi, dont la promotion de la justice fait partie intégrante ». Cette mission a été confirmée par les Congrégations Générales suivantes, la 33ème, la 34ème et la 35ème.
  2. Cette mission figure en tête des enseignements des Supérieurs Généraux Arrupe, Kolvenbach, Nicolás et Sosa. Cette mission a été présentée sous divers aspects dans des documents publiés par les Assistances et les Conférences jésuites à travers le monde, ainsi que dans chaque Province, dans les communautés jésuites, et dans les institutions de la Compagnie de Jésus.
  3. Dans la Contemplation pour parvenir à l’amour, qui est au cœur des Exercices Spirituels, Saint Ignace enseigne que l’amour doit se mettre dans les actes plus que dans les paroles.
  4. L’engagement en faveur de la justice sociale n’est donc pas en marge de la mission, mais en son cœur. [55]
  5. Dans son Encyclique Evangelii Gaudium, le pape François souligne que œuvrer en faveur de la justice est une condition sine qua non pour une communauté engagée authentiquement dans sa foi :
  6. « Une foi authentique – qui n’est jamais confortable et individualiste – implique toujours un profond désir de changer le monde, de transmettre des valeurs, de laisser quelque chose de meilleur après notre passage sur la terre. Nous aimons cette magnifique planète où Dieu nous a placés, et nous aimons l’humanité qui l’habite, avec tous ses drames et ses lassitudes, avec ses aspirations et ses espérances, avec ses valeurs et ses fragilités. La terre est notre maison commune et nous sommes tous frères. Bien que « l’ordre juste de la société et de l’État soit un devoir essentiel du politique », l’Église « ne peut ni ne doit rester à l’écart dans la lutte pour la justice » [56]
  7. Exprimée par la formule « hommes et femmes avec et pour les autres », l’éducation jésuite devrait fournir aux élèves des opportunités pour :
  8. a. former des cœurs ouverts aux souffrances des autres, en favorisant les contacts
  9. b. développer une conscience critique pour comprendre les causes des inégalités et de l’oppression à leur racine
  10. c. acquérir des compétences pour effectuer des changements positifs dans la culture locale et à l’échelle mondiale
  11. d. acquérir le courage nécessaire pour rester ferme face à l’incompréhension et aux critiques
  12. Nos écoles devraient :
  13. honorer l’engagement catholique : à proposer de justes salaires et à favoriser la dignité dans les conditions de travail ; à fournir la couverture sociale nécessaire, les congés parentaux, et les bénéfices relatifs à la scolarité.
  14. encourager les anciens élèves à adhérer aux exigences de la justice sociale :

    1. en s’engageant à respecter des conditions de travail équitables
    2. en soutenant une option préférentielle pour les pauvres dans leurs activités professionnelles et civiles
  15. former des partenariats qui réduisent le fossé dans nos propres réseaux d’éducation, d’un côté “pour les pauvres”, de l’autre, “pour les classes moyennes et les riches”, qui ont suivi des chemins divergents en reproduisant la ségrégation de nos sociétés.
  16. En ce sens, nous devrions accepter l’invitation, et le défi, lancés par le Père Général Kolvenbach : « Nous devrions exiger de tous nos élèves qu’ils utilisent l’option pour les pauvres comme un critère, de telle sorte qu’ils ne prennent jamais aucune décision importante sans d’abord penser comment elle pourra affecter ceux qui occupent la dernière place dans la société » [57]

Exercice 23. Pour un discernement :

  1. Comment évaluez-vous un tel défi ?
  2. Quels sont les obstacles les plus significatifs ?
  3. Comment pouvons-nous adapter un tel défi à toutes nos écoles jésuites de telle sorte qu’il reflète un plus grand bien ?
  4. Dans ce contexte, qu’est-ce que votre apostolat éducatif a réalisé ?
  5. Qu’est-ce que votre apostolat éducatif devrait faire ?
  1. Voir la deuxième Préférence Apostolique Universelle : https://jesuits.global/fr/uap/marcher-avec-les-exclus http://w2.vatican.va/content/francesco/fr/apost_exhortations/documents/papa-francesco_esortazione-ap_20131124_evangelii-gaudium.html
  2. Kolvenbach, P. H. (2009). El P. Peter-Hans Kolvenbach, SJ y la Educación 1983 – 2007. Bogota, DC: ACODESI, p. 291