The recording of the II Colloquium JESEDU-Global2021 Closing Ceremony is now available!
By Herizafiniaina Andrianaivosoa
May 11th, 2021

Mialitina Raolidina et Giovanni Razanadrahone du Terminal S3 du Collège Saint Michel Amparibe à Madagascar partagent une réflexion sur les les bienfaits et les méfaits des cours via internet.

La pandémie covid-19 est le principal fléau que les écoles affrontent en ce moment. L’école est un des lieux où s’effectuent les plus grandes propagations. A la réouverture des écoles octobre dernier, il y avait une transmission peu considérable. Mais à cause de la baisse de la température en vue de l’hiver et du variant sud-africain, la hausse des cas est quasiment exponentielle et avec une gravité plus importante. Le Gouvernement malgache a ordonné une fermeture temporaire des écoles au début du mois d’avril.

1) Les défis :

Des nouveaux défis émergent de cette cessation momentanée pour les élèves et pour les établissements. Au Collège Saint Michel Amparibe, le premier challenge est de bien réussir l’année pour éviter  une  « année blanche » conformément à la devise « magis ». Pour les classes d’examens officiels (CEPE, BEPC, Baccalauréat), des résultats excellents sont attendus : « 100% » dit-on. En outre, les élèves des classes intermédiaires, gardant encore les séquelles de la première vague de 2020, doivent être mis à bon niveau, après avoir tous été admis en classe supérieure malgré les lacunes. La seule solution est donc de continuer les cours sans qu’il y ait des contacts entre les élèves, des cours à distance indispensables. Par ailleurs, il faut trouver une manière de partager les cours de sorte que tous les élèves puissent en jouir sans nuire à la compréhension.

2) Les mesures prises :

Au Collège Saint Michel, pour le second cycle, le cours est partagé dans un groupe sur Facebook. Chaque niveau a son propre groupe privé. On peut y trouver des leçons et des exercices en version pdf que les élèves peuvent télécharger, imprimer, recopier à la main selon le bon vouloir du professeur ou de l’élève. Il y a aussi des supports audiovisuels pour une meilleure compréhension de la leçon. Au cas où ce ne serait toujours pas clair pour l’élève, il peut contacter l’administrateur du groupe pour les questions. Certains professeurs, pour être plus proches des élèves, créent des groupes de discussion sur Messenger pour chaque classe.

Pour le premier cycle, les parents se déplacent à l’école pour récupérer les cours et rapporter les devoirs. Ils font cela d’une manière alternée, chaque niveau dispose d’une journée pour venir à l’école, par exemple les parents des classes de neuvièmes prennent leur devoir que les jeudis, seulement les jeudis. Cette alternation sert à éviter un grand contact entre les parents. Les élèves ont une semaine pour apprendre les leçons et rendre leurs devoirs. Les parents les ramènent aux professeurs en prenant les nouveaux cours et devoirs et le cycle continue ainsi jusqu’à nouvel ordre.

3) Les bienfaits et les méfaits des cours via internet :

En recevant les cours via internet, les élèves peuvent effectuer plus de recherches que lorsqu’ils étudiaient en classe. Ils ont plus de temps à surfer et approfondir leurs connaissances.

Les méfaits sont plus nombreux. D’abord, certains élèves ne disposent pas du matériel informatique nécessaire : l’autorisation parentale sur la sûreté des réseaux sociaux ou le manque de moyens. Ensuite, il y a le manque de concentration provoqué par les bruits de la famille à la maison, les brouhahas du quartier. Par ailleurs, Internet lui-même est un problème ; dès que l’on se connecte aux réseaux, les notifications qui arrivent perturbent la focalisation sur les études. Les élèves sans self-control ne peuvent pas s’abstenir de prêter attention à autre chose que les études sur internet. Ensuite il y a une difficulté au niveau de la gestion du temps : il est difficile pour les élèves d’équilibrer études et loisirs, équilibrer le temps à donner pour chaque matière. Après, il y a la mauvaise compréhension, il est plus difficile de parler de ses soucis virtuellement : le professeur aurait du mal à comprendre les questions, comme les élèves qui pourraient ne pas comprendre les réponses. Et enfin, la pression à l’école rend les élèves plus appliqués ; à la maison, ils sont presque libres de fournir le peu d’efforts, voire aucun.

Internet rend possible le respect des nouvelles mesures mais cela implique plus d’engagement pour les élèves. Des efforts plus que nécessaires pour mener à bien le confinement. Il faut savoir se contrôler et placer les études au dessus de toutes les distractions. Un dilemme pour les élèves qui sont chez eux, tels « en vacances ».