The recording of the II Colloquium JESEDU-Global2021 Closing Ceremony is now available!

Poursuivant la série globale pour les enseignants nouveaux dans l’éducation jésuite, voici l’article numéro deux, dans lequel je vous guide à travers le Leadership des Pères Généraux dans l’éducation jésuite contemporaine.

Dans les Constitutions de la Compagnie de Jésus, saint Ignace écrit : « Dans tous les États ou groupes bien établis, outre ceux qui s’y consacrent à des fins particulières, il est nécessaire qu’il y ait quelqu’un ou même plusieurs personnes qui s’occupent du bien universel… et c’est le Préposé Général. » (§ 719) Dans les numéros suivants des Constitutions, Ignace décrit quelques-unes des caractéristiques de la fonction et de la personne du P. Général : 1. Il est élu à vie (ces derniers temps, ils ont aussi la possibilité d’offrir leur démission quand ils le sentent au service de la Compagnie. Les trois précédents Généraux ont démissionné : Arrupe, Kolvenbach et Nicolás). 2. C’est une personne de profondeur spirituelle, familière de Dieu. 3. Il dirige par l’exemple. 4. Doté d’intelligence et de jugement…

Le Général est nommé par une Congrégation Générale (un rassemblement de délégués jésuites du monde entier) après une période de discernement et de prière et après avoir soumis son nom pour approbation au Pape. Le Père Général a la responsabilité ultime et l’autorité sur les écoles jésuites et prend personnellement certaines décisions importantes les concernant : établir ou fermer une école, décider quelles écoles peuvent être officiellement considérées comme jésuites, approuver certains projets scolaires, et établir les politiques officielles sur l’éducation selon les directives présentées par les Congrégations Générales.

A notre époque contemporaine, nous avons été bénis par des leaders inspirés. Le Père Pedro Arrupe a été élu 28ème Général en 1965 et a résigné en 1983. En tant que Général, Arrupe a exercé une énorme influence sur l’éducation jésuite puisqu’il a mis au défi les écoles de s’adapter aux nouveaux contextes et de former des « personnes pour les autres » en réponse à l’appel d’une foi qui rend justice « Notre projet éducatif est donc de former des hommes qui ne vivent pas pour eux-mêmes, mais pour Dieu et son Christ, … des hommes pour les autres… qui ne conçoivent pas l’amour de Dieu sans l’amour du prochain » (Promotion de la Justice et Education pour la Justice, 1973, §12).

Le défi d’éduquer à une foi qui rend justice a eu un impact immense sur les écoles et a exigé le renouvellement, le changement et la créativité. Arrupe était conscient que l’inertie – la simple répétition du passé – n’était pas une option : « Et je veux, en même temps, les mettre en garde contre le danger d’une certaine inertie. Il est indispensable qu’ils voient bien le changement qui s’est opéré dans l’Église et dans la Compagnie en même temps que la nécessité de ne pas rester en arrière. » (Nos collèges : aujourd’hui et demain, n° 54)

Les écoles ont répondu à ce défi et deux nouveaux documents illustrent bien cette réponse : Caractéristiques de l’Education Jésuite (1986) et Pédagogie Ignatienne – Approches Concrètes (1993). Ces deux documents donnent le ton de la compréhension contemporaine de l’éducation jésuite et fournissent un cadre universel qui permet aux écoles de relever leurs défis locaux tout en préservant l’unité de tous.

Le Père Arrupe a mené un processus de renouvellement et de créativité qui fait encore partie de notre énergie aujourd’hui. Le Père Général suivant, Peter Hans Kolvenbach, a été élu en 1983 et a resigné en 2008. Avant son élection, il avait été professeur d’université pendant la majeure partie de sa vie. Sa connaissance du monde de l’éducation lui a permis de diriger le processus de renouvellement avec autorité et expertise. Le père Kolvenbach a poursuivi le processus initié par le père Arrupe et a souligné la nécessité de s’adapter aux temps nouveaux tout en s’assurant que notre processus reste concentré sur ce qui est important : « Le changement pour le plaisir du changement n’est pas ce que nous voulons. Nous cherchons un moyen de servir plus et mieux tout en nous adaptant aux circonstances du temps et du lieu selon un principe véritablement ignatien » (Discours à Caracas, 1998 n°18). Le Père Kolvenbach a également souligné que les personnes pour les autres étaient mieux comprises comme des personnes pour et avec les autres afin de reconnaître la dimension communautaire de notre éducation.

Le Père Kolvenbach a également enrichi la compréhension de l’éducation jésuite avec trois autres contributions qui se distinguent particulièrement :

  1. Il a mis en avant l’idée du compagnon jésuite (Ledesma, 1524-1575) pour expliquer les quatre dimensions que notre éducation devrait offrir :
    • Utilitas (dimension pratique) : donner aux étudiants une façon de vivre.
    • Iustitia (dimension sociale) : contribuer au bon gouvernement et au bien commun.
    • Humanitas (dimension humaine) : pour développer toute la personne dans sa dignité humaine.
    • Fides (dimension religieuse) : servir la foi : trouver Dieu en Jésus.
  2. Le Père Kolvenbach a proposé un critère très exigeant pour notre éducation, le critère décisif : « Nous devrions exiger de tous les étudiants qu’ils utilisent l’option pour les pauvres comme critère, afin qu’ils ne prennent jamais une décision importante sans penser d’abord à la manière dont elle pourrait affecter ceux qui occupent les dernières places dans la société. » (Discours à Arequipa, Pérou, 1998)Le Père Kolvenbach a expliqué le but de l’éducation jésuite en utilisant une formule qui nous est très familière aujourd’hui : « le but de l’éducation jésuite est la formation d’hommes et de femmes pour les autres, des personnes compétentes, conscientes et engagées avec compassion » (Discours à Villa Cavalletti, 1993) mieux connus aujourd’hui sous le nom des 4C.
  3. Le père Kolvenbach a démissionné en 2018 et a été remplacé par le père Adolfo Nicolás, élu lors de la 35e CG. Le Père Nicolas a développé les 4C comme une façon d’expliquer l’excellence humaine que nous devrions fournir dans nos écoles. Les 4Cs définissent la compréhension holistique contemporaine de notre éducation ; une invitation à nos étudiants à devenir des personnes de
    • Compétence – sur le plan professionnel.
    • Conscience – connaissance et expérience cohérentes de la société et de ses problèmes.
    • Compassion – solidarité avec les autres, en particulier les personnes marginalisées dans nos sociétés.
    • Engagement – aspirer à la foi, travailler à la transformation sociale et politique de leurs pays et de des structures sociales pour parvenir à la justice.

Le Père Nicolás a également attiré l’attention sur certains aspects désormais familiers et urgents de notre éducation :

  1. La nécessité de développer notre extraordinaire potentiel pour un service plus universel à travers les réseaux et la collaboration, en particulier notre réseau mondial d’écoles et de travailler ensemble pour trouver des réponses aux défis auxquels nous sommes confrontés.
  2. Poursuivre l’effort de renouvellement : « J’invite, dans toutes mes visites à tous les jésuites, à recréer la Compagnie de Jésus, car je pense que chaque génération doit recréer la foi, elle doit recréer le parcours, elle doit recréer les institutions… si nous perdons la capacité de recréer, nous avons perdu l’esprit » (Discours aux Universités Jésuites, Mexico, 2010). De même, nous sommes tous, en tant que compagnons de mission, appelés à recréer nos écoles et notre éducation.

Le père Nicolás a démissionné en 2016 et la CG36 a élu le père Arturo Sosa comme nouveau Général. Le père Sosa a poursuivi l’appel au renouveau en utilisant des mots très stimulants : L’audace de l’impossible. La même audace que les premiers jésuites avaient lorsqu’ils ont fondé la Compagnie, ouvert les premières écoles, écrit la Ratio Studiorum et se sont lancés dans l’aventure d’offrir une éducation aux jeunes générations. « Premièrement, il est urgent de transformer nos institutions en espaces de recherche pédagogique et en véritables laboratoires d’innovation didactique, d’où surgiront de nouvelles méthodes et modèles de formation. Cela demandera d’explorer ce que d’autres font et peuvent nous apprendre… Nos institutions doivent être conscientes du changement anthropologique et culturel dont nous sommes témoins et elles doivent savoir éduquer et former autrement en vue d’un avenir différent. » (Allocution de JESEDU-Rio2017 n°49).

Plus récemment, le Père Sosa a annoncé les nouvelles Préférences Apostoliques Universelles confiées à la Compagnie par le Pape François ; elles doivent nous guider maintenant dans notre travail : (1) montrer la voie vers Dieu, (2) marcher avec les exclus, (3) accompagner les jeunes et (4) collaborer au soin de notre maison commune. Le père Sosa a également publié un nouveau document sur l’éducation jésuite : Une Tradition Vivante (2019) qui saisit les défis actuels, les opportunités et les principales caractéristiques des écoles jésuites à travers 10 marqueurs d’identité.

Le père Sosa a également exhorté les écoles à prendre au sérieux la nouvelle façon contemporaine de procéder mise en évidence par la CG36 : le discernement, le travail en réseau et la collaboration. Il l’a clairement exprimé dans son discours lors du Congrès international des délégués jésuites à Rio de Janeiro en 2017 : « Cela implique que tous les réseaux incluent dans leurs plans stratégiques et leurs structures la perspective du réseau international et que tous se sentent coresponsables de ce dernier. Travailler pour le réseau local et régional demandera donc aussi de travailler au sein du réseau global et pour ce réseau global. » (Allocution de JESEDU-Rio2017 n°65). Nos écoles répondent : Educate Magis, notre plateforme en ligne, nous a permis de nous connecter et de développer le sens d’un corps universel avec une mission universelle, créant de nombreuses opportunités de travailler ensemble et de développer des projets communs autour d’aspects contemporains importants soulignés par les Généraux et présentés dans les Préférences Apostoliques Universelles : la citoyenneté mondiale, le soin de notre maison commune, la formation de la foi… Nous avons vraiment fait l’expérience qu’ensemble nous sommes plus et mieux !  

Pour en savoir plus sur les Pères Généraux qui ont dirigé et continuent de diriger l’éducation jésuite contemporaine et pour accéder à leurs discours, nous vous invitons à explorer la carte chronologique interactive : Éducation Jésuite – Une Carte Contemporaine. Il s’agit d’une compilation des documents et des événements les plus importants de l’éducation jésuite contemporaine, avec leurs origines, leurs auteurs et les dates importantes, le tout rassemblé dans une carte chronologique interactive des étapes clés de l’éducation jésuite contemporaine.