The recording of the II Colloquium JESEDU-Global2021 Closing Ceremony is now available!

Le Père John Dardis, S.J., Directeur des Communications de la Curie Générale de la Compagnie de Jésus partage un communiqué de presse sur le lancement du livre du Père Sosa « En chemin avec Ignace ».

Les défis actuels de l’Église catholique, les questions au centre de la vie de la Compagnie de Jésus, mais aussi la situation au Venezuela, la relation avec le premier pape jésuite de l’histoire, le scénario ouvert par la pandémie. Le premier livre-interview du Supérieur général des jésuites, le père Arturo Sosa, 72 ans, trentième successeur de Saint Ignace de Loyola à la tête de l’un des plus grands ordres religieux catholiques du monde, « En chemin avec Ignace », écrit en dialogue avec le journaliste espagnol Darío Menor, sera présenté le mardi 11 mai à 17h à la Curie générale (Borgo Santo Spirito, 4).

L’occasion est le début imminent de l’année ignatienne (20 mai 2021 – 31 juillet 2022), 500 ans après la conversion du fondateur, un anniversaire que la Compagnie de Jésus a conçu comme une période de réflexion et de renouvellement.

« L’histoire de saint Ignace a été paradigmatique dans ma vie », déclare le père Arturo Sosa. « Au départ, il était déterminé à réussir à la cour et avait une feuille de route toute tracée pour lui-même. Une blessure subie au combat a tout changé, lui a donné le temps de réfléchir et de voir que Dieu avait d’autres rêves pour lui. Des processus de changement similaires se sont produits dans ma vie, de différentes manières et à différents moments, à mesure que j’apprenais à écouter la façon dont Dieu me parle. En cette période de Covid, cela se produit dans la vie de tant de personnes autour de nous qui se retrouvent face aux limites de leurs projets de vie. La conversion, c’est être en route pour devenir des êtres humains plus complets. »

Dans cet ouvrage, le père Sosa, à la tête des jésuites depuis octobre 2016, retrace les étapes de sa vie, depuis son enfance et sa jeunesse au Venezuela, pour ensuite passer à son intérêt pour la politique, sa vocation, son engagement social et académique dans la Compagnie de Jésus. Le Supérieur de la Compagnie de Jésus aborde subséquemment les questions les plus directes pour la vie de l’Église à notre époque. Le père Sosa examine les questions qui sont au cœur de l’engagement de la Compagnie de Jésus, ce qu’on appelle les « préférences apostoliques », et qui sont encore plus urgentes en raison de la pandémie : l’accompagnement dans la spiritualité, très demandé en ces temps difficiles, le cheminement avec les pauvres et les marginaux du monde, la proximité avec les jeunes, et l’éveil à une plus grande sensibilité pour la Maison commune.

« J’ai écrit ce livre parce que je veux partager l’espoir et la joie du Christ ressuscité avec les gens », dit le père Sosa. « Chaque samedi, pendant environ douze semaines, j’ai rencontré Darío qui m’a confronté à de nombreuses questions. Cela a conduit à une interaction très riche sur la façon dont la spiritualité ignatienne peut avoir un impact sur notre monde et comment les questions du monde et les besoins urgents de l’humanité peuvent être abordés par la Compagnie de Jésus, l’Église et toutes les autres traditions de foi. Ce fut une aventure, un voyage – parfois difficile – au cours duquel j’ai beaucoup appris. Je suis convaincu que le fait d’aborder honnêtement les questions et de chercher des réponses avec nos amis, nos familles et notre communauté de foi est la voie à suivre pour une vie plus profonde, plus épanouissante, plus solidaire et plus en phase avec le rêve que Dieu a pour notre monde. »

« Il y a des conversations qui vous mettent à nu ; elles vous invitent à vous arrêter, à regarder à l’intérieur, à évaluer ce que vous voyez et à réfléchir à ce qui deviendrait meilleur si vous le changiez », écrit Darìo Menor, correspondant à Rome du journal espagnol El Correo et du magazine religieux Vida Nueva. Les 24 heures d’entretiens personnels avec le père Sosa « ont eu précisément cet effet sur moi qui écrivais. La transcription de ces conversations, présentée dans ces pages, risque de ne pas non plus laisser le lecteur indemne ».

Le livre, écrit initialement en espagnol et traduit en plusieurs éditions dans d’autres langues (anglais, portugais, français, italien, polonais, néerlandais, mais aussi tamoul, vietnamien et arabe), sort au moment où débute l’Année ignatienne, dont l’objectif, explique Pascal Calu SJ, responsable des médias pour l’événement,

« est d’inviter les gens à regarder leur réalité de manière plus profonde. Saint Ignace de Loyola a fondé la Compagnie de Jésus pour « aider les âmes »  – pour aider les gens à voir que Dieu est à l’œuvre dans la réalité de leur vie et à apprécier le rêve plus vaste et plus grand auquel Dieu nous appelle chaque jour. Chacun d’entre nous peut avoir une relation personnelle et passionnée avec Dieu. Prendre conscience de cela a été le grand tournant de la vie d’Ignace ; cela peut être notre tournant à nous aussi ».

Pour plus de renseignements sur l’Année ignatienne: Pascal Calu, [email protected].

Pour plus de renseignements sur l’événement du 11 mai : Iacopo Scaramuzzi, [email protected] e Dario Menor Terres, [email protected]

En pièce jointe une liste d’activités et de ressources pour l’Année ignatienne Site web : www.jesuits.global. Site web de l’Année ignatienne : www.jesuits500.global (à partir du 20 mai)

On pourra visionner une courte vidéo à propos du livre durant la présentation du 11 mai.